• Accueil
  • > Non classé
  • > La baisse des dépenses publiques : à quand une réduction en valeur ?

La baisse des dépenses publiques : à quand une réduction en valeur ?

5 04 2013

Le budget de l’Etat est construit selon la même structure que le budget des entreprises ainsi que le budget des ménages : des recettes et des dépenses.

Ainsi, les deux leviers à activer afin de rééquilibrer ces-mêmes budgets sont clairs : réduire les dépenses ou bien augmenter les recettes (ou bien une conciliation des deux).

Cependant, le budget de l’Etat présente bien entendu de nombreuses spécificités et des enjeux bien plus colossaux (économiques et sociaux). C’est ainsi que le gouvernement Ayrault s’est engagé à entreprendre une politique fiscale apte à entrevoir un rééquilibrage du budget de l’Etat et ainsi assainir les finances publiques.

Toutefois, force est de constater que les hausses d’impôts sont bien plus conséquentes que les baisses de dépenses et viennent frapper de plein fouet le contribuable français, sonné par une charge si violente.

La baisse des dépenses publiques : à quand une réduction en valeur ? depense_publique-300x200

Mais focalisons notre attention sur la baisse des dépenses publiques promise pour l’année 2013 : 10 milliards d’euros. Cette réduction devrait pouvoir nous satisfaire et nous convaincre de la dynamique durable engagée par le gouvernement dans la modernisation et l’optimisation des dépenses publiques.
Mais ne nous y trompons pas : ces réductions annoncées ne sont pas des baisses en valeur. Et là réside tout le problème de la gestion de la dépense publique. Depuis des années (gauche et droite confondues), il subsiste un blocage réel à annoncer et mettre en place des réductions de dépenses en valeur. Pour mieux appréhender et comprendre la signification de ces divergences, prenons l’exemple du budget 2013 :

En 2012, le budget de l’Etat (y compris les pensions du personnel de l’Etat et la charge de la dette) s’élevait à 369 milliards d’euros. En 2013, ce même budget s’élève à 370 milliards, soit 1 milliard d’euros de dépenses supplémentaires.

Comment expliquer ce paradoxe saisissant entre les réductions annoncées de 10 milliards et la hausse réelle d’1 milliard ?

Clairement, l’Etat raisonne en volume : il calcule ce qu’il aurait dépensé en 2013 en tenant compte de l’inflation et prévoit de dépenser moins que cette anticipation. Ainsi, les dépenses publiques sur 2013 ne seront malheureusement pas inférieures de 10 milliards d’euros à celles de
2012.

Malgré la nécessité absolue de réduire les dépenses publiques afin de ne pas lier étroitement et inéluctablement rééquilibre du budget et hausse des impôts dévastatrice, aucune initiative courageuse et audacieuse n’a été mise en place depuis des années pour contrer ce fléau économique et entreprendre une démarche de modernisation de la vie publique.

Anthony Liguori


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Sposoby ZUS-u niezgodne z K... |
Dunnqtcc |
Nouriblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tykojs
| Gardnerljjz
| Fixutota